<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d34244364\x26blogName\x3dG%C3%A9n%C3%A9riques+TV\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLUE\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://generiques-tv.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://generiques-tv.blogspot.com/\x26vt\x3d-2389104721742475780', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

La Quatrième dimension

11 septembre 2006


La Quatrième dimension (The Twilight Zone) est une série télévisée américaine de science-fiction, en 138 épisodes de 25 minutes et 18 épisodes de 50 minutes, créée par Rod Serling et diffusée entre le 2 octobre 1959 et le 19 juin 1964 sur le réseau CBS. En France, la série a été diffusée à partir du 6 février 1965 sur la première chaîne de l'ORTF.

Cette série est une anthologie d'histoires fantastiques, étranges, énigmatiques dont le but était, comme le disait son créateur Rod Serling, « de frapper le téléspectateur, de le choquer par la chute toujours inattendue, surprenante et singulière de chacune de ces histoires ».

Les épisodes cherchaient autant à faire naître une réflexion chez le spectateur, en particulier sur la relativité des références, qu'à le distraire. Chaque épisode crée pour l'essentiel un climat particulier pour préparer au spectateur une surprise au moment de la chute finale.

Le côté insolite des situations est accentué par l'aspect banal et quotidien des protagonistes eux-mêmes : pas de tenues de science-fiction, mais des habits de ville très banals, en général complet-veston avec cravate et chapeau pour les hommes. Des noms à qui ne respirent rien d'extraterrestre, mais semblables à ceux que l'on trouve dans l'annuaire téléphonique : c'est un fantastique « au quotidien » semblable à celui qu'on retrouve aussi dans des nouvelles de Marcel Aymé, Dino Buzzati ou Jorge Luis Borges.

Cinq personnages en quête d'une sortie, tiré d'une nouvelle de Marvin Petal, illustre par exemple les questions existentielles et métaphysiques de l'homme. Troisième à partir du soleil l'engrenage des destructions de civilisations, en les laissant dans sa dernière image supposer récurrentes. Le même thème est repris dans l'épisode La Planète des singes, dont ce fut la première adaptation filmée. L'homme obsolète décrit l'emprise de l'État sur l'individu, et la lutte entre culture et totalitarisme, L'Œil de l'admirateur illustre la relativité de la beauté dans un monde qui cherche à imposer des canons uniformes. Enfin, l'atmosphère lourde se résout parfois en humour dans Y a-t-il un martien dans la salle ?. Pour celui qui les visionne aujourd'hui (2008), ces épisodes s'inscrivent dans une évocation des Etats-Unis des années Eisenhower comme Sherlock Holmes fait revivre l'époque de l'Angleterre victorienne.

On retrouvera plus tard dans la série Le Prisonnier, en particulier dans son dernier épisode, plusieurs clins d'œil aux épisodes ci-dessus.

Source : Wikipédia

Libellés : , ,



Auteur

Fabrice Retailleau Copywriter

 

Generiques TV

Archives

Cool Blogs

Business Blogs

Reflexions

Astuces

Sexy Blogs

Video Blogs

Explicit Blogs

Anti Blogs

Myspace


Networking